Spécial !

Persécutions en France
et
dans le monde

Lisez aussi les
Nouvelles

La principale force des mauvais est la tiédeur et la faiblesse des bons.
Soyons des hommes, virilisons la religion et n'ayons pas peur de l'ennemi.
Je vomirai les tièdes a dit Jésus-Christ.

Un exemple de virilité

http://gloria.tv/media/3MNzjQqafGZ

chretienne_torturee.jpg
chretiens-massacres.jpg coree-du-nord.jpg

Le corps mutilé d'une chrétienne en Irak
coupé par le passage d'un train.
Chrétienne torturée au Nigéria
Chrétien brûlé vif au Nigéria
Une deuxième Reconquista s'impose  ! Il ne s'agit pas de haine,
il ne s'agit pas de racisme ni d'islamophobie.
Il  s'agit  de légitime défense.
Le communisme, le deuxième bourreau de chrétiens,
là où il se trouve. Ci-dessus en Corée

 

liens vers articles

Fermer 001 Laîcité ou laicisme de combat

Fermer 001 Préparons la Reconquista

Fermer 002 Chrétiens et médias

Fermer 003 Antifascisme ?

Fermer 004 Les christianophobes à découvert

Fermer 005 Persécution contemporaine

Fermer 008 Peut-on être chrétien et socialiste ?

Fermer 009 La loi 1905

Fermer 010 Persécution au Mexique

Fermer 011 Le vote des catholiques

Fermer 012 Subversion

Fermer 013 Le communisme et le nazisme

Fermer 014 Mai 68 et l'Eglise

Fermer 015 L'inquisition

Fermer 016 Reflexions sur la violence

Fermer 017 Le génocide vendéen

Fermer 018Hollande et la franc-maçonnerie

Fermer 020antichristianisme

Fermer 021Une autre génération de catholiques

Fermer 1Sommes-nous dans un pays libre

Fermer Les gauches et l'Islam

Fermer Les gauches et le judéo-christianisme

Fermer Les génocides

Fermer Les reflexions d'un plouc

Fermer Les tant décriées croisades

Fermer Persecutions dans le monde

Fermer Qu'ont-ils fait de notre liberté ?

Fermer Que demande le chrétien ?

Fermer la violence des gauches

Fermer le fascisme c'est quoi ?

Réflexions

Fermer 001 l'avortement

Fermer 002 le terrorisme intellectuel

Fermer 004 Réactions à la pédophilie des prêtres

Fermer 005 Pie XII : le poids de la calomnie

Fermer 008 Le gender

Fermer 010 notes de travail6

Fermer 018 El Che ou le mythe Guevara

Fermer 08Les dix commandements

Fermer Les catholiques seraient-ils des mauviettes ?

Fermer l'euthanasie

Fermer les ayatollas de la bien-pensance

Fermer où trouve-t-on des écoles libres ?

Sondage
Comment trouvez-vous le site
 
super
à recommander
très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Abonné
( personne )

Snif !!!
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



005 Pie XII : le poids de la calomnie - Pie XII: le poids de la calomnie
Pie XII le poids de la calomnie.

Dans les années 60 (1963) Rolf Hochhut lance la pièce de théâtre le Vicaire où il accuse Pie XII de passivité face à la persécution des juifs. Un silence qui ressemblait fort à une connivence et qui était le prolongement d'un certain antijudaïsme chrétien. Puis en 1999, John Cornwel un ancien séminariste devenu historien, fait publier le livre en anglais Hitler's Pope où il présente Pie XII sous les traits d'un homme insensible à la souffrance des juifs et uniquement habité d'ambitions politiques personnelles. Et voilà l'homme sali à tout jamais. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelques chose ! Faites roulez vers le bas une petite boule de neige du sommet d'une montagne, en arrivant en bas elle se sera transformée en un immense bloc de neige.

Il lui est reproché de ne pas avoir mis autant de force pour dénoncer le national-socialisme que celle pour dénoncer le communisme. Cette affirmation a sa part de vérité, mais il est très facile d'accuser à posteriori une attitude dans un tout autre contexte et une autre période après que celle-ci ait évoluée dans un sens très différent. Le communisme en URSS avait démontré sa volonté d'éradiquer la religion chrétienne de la surface de la terre avec des persécutions de masse. Propagé en Espagne, il avait fait plusieurs dizaines de milliers de morts au tout début de la guerre civile. Ce n'était pas encore le cas à ses débuts du régime national-socialisme. Mais Eugenio Pacelli avait été nonce apostolique en Bavière et à Berlin avant d'être Pape. Il connaissait les dangers du nazisme et il avait aussi voulu protéger les chrétiens allemands dans son discours "polémique" de Noël 1942 que cite Cornwel. Il n'avait peut-être pas été assez dur contre Hitler à ce moment là, mais il le sera plus tard.

Il était très difficile à ce moment de distinguer les victimes juives des autres massacres de Polonais, Ukrainiens et Russes. On a reproché à Pie XII de ne pas citer les victimes juives ce Noël 1942. Devait-il faire un distinguo entre les Polonais, pourtant chrétiens, et les juifs par exemple ? Personne, à l'époque, n'était capable de mesurer l'ampleur du génocide juif. D'ailleurs ni De Gaulle, ni Churchill, ni Roosevelt ne le firent. Pourquoi n'en faire le reproche qu'à Pie XII. Il est très facile après coup de critiquer tel ou tel point de vue ou position, une fois que le temps et l'histoire aient évolué. Mais Pie XII condamne déjà les exactions qui visent l'extinction progressive de populations entières sur des critères de races ou nationalités.

Le 14 février 1934 déjà, le Vatican condamnait le livre "le Mythe du XXe siècle" du raciste Alfred Rosenberg qui allait servir de bible aux nazis. En se servant de l'encyclique d'Eugenio Pacelli Mit brennender Sorge en 1937, Pie XI condamne l'idolâtrie de la race et de la nation. Furieux, Hitler, qui était farouchement antichrétien, ordonne l'arrestation de tous ceux que l'on trouverait en possession de l'encyclique. Himmler commença, ou plutôt renforça le harcèlement principalement contre les prêtres. En 1938 on parle de l'excommunication d'Hitler au Vatican et quand celui-ci vient à Rome rencontrer Mussolini, Pie XI se retire ostensiblement à Castel Gandolfo. Ceci pour Pie XI, mais Pie XII cette fois, le 2 juin 1942 devant les cardinaux réunis en collège, exprime sa sollicitude envers ceux qui, en raison de leur race et leur nationalité sont livrés à des mesures d'extermination. Le New York Times publiera un article où il prend ce discours comme une résistance à Hitler et au nazisme. On lui reprochera aussi d'avoir signé un concordat avec le national socialisme en 1933. Le but de ce concordat était de protéger la minorité catholique qui avait déjà été persécutée sous Bismarck et Hitler ne cachait pas son hostilité à toute religion et, en particulier, à la religion catholique. Le texte du concordat prévoyait que l'Etat reconnaissait les droits de l'église catholique dans le domaine de l'Education et de la Foi. En contrepartie celle-ci acceptait de rester neutre politiquement. Les détracteurs de Pie XII mettront en exergue le fait qu'Hitler en tirera une légitimité internationale, mais il est faux de dire que le Vatican avait légitimé Hitler.

 
Bien que sa mère fut originaire de Bavière, Hitler était antichrétien et anticatholique, mais les catholiques représentaient un tiers de la population, soit environ 20 millions de personnes. Il fallait les contrôler et les contrôler d'autant plus qu'ils devaient allégeance à Rome, un pays étranger. En plus, considérant que le peuple allemand était le nouveau peuple élu, le christianisme ne pouvait être qu'un obstacle. Mais Hitler pensait qu'il fallait les ménager, au moins dans un premier temps, ses lieutenants Rudolf Hess, Himmler, Rosenberg vouaient aux catholiques une haine farouche. Restait, et comme toujours dans ces cas-là, l'ex-catholique Reinhardt Heydrich le plus haineux d'entre eux. Tous voyaient dans le catholicisme un obstacle à l'hégémonie de la jeunesse allemande. Dés 1933 le chef des jeunesses hitlériennes accusa les jeunesses catholiques de diviser le peuple allemand. Guère plus d'un an plus tard, Erick Klausener secrétaire de l'Action catholique était abattu. Les relations entre l'Eglise et le Reich deviennent de plus en plus tendues et en 1935 l'évêque de Munster, dans son homélie lance une violente attaque contre l'idée de "l'âme raciale" et des milliers de manifestants catholiques se lancèrent à la rue pour le soutenir. A partir de 1937, le régime nazi ne tenant plus aucun compte du Concordat, l'Eglise devient pratiquement la seule opposition et notamment sur la question de l'euthanasie. Pendant un moment Himmler doit reculer. Dans la mouvance qui mena à fomenter un complot contre Hitler en juillet 1944, des catholiques étaient présents.

Ce qu'on surnomme la "prudence" de Pie XII était bien la peur d'une radicalisation violente du nazisme. Après son discours de Noël où il s'indignait du sort fait aux polonais, la réaction des nazis fut si brutale que l'Eglise polonaise elle-même lui demandera de ne pas les provoquer. Les Juifs en feront de même. Les évêques hollandais qui protestèrent contre la persécution des Juifs en Hollande verront les rafles se multiplier, puis les nazis, fous de rage, s'en prirent aux monastères, églises et couvents.

Dure époque pour les chrétiens, d'un côté le communisme de Staline et de l'autre le nazisme d'Hitler, les deux dictateurs les plus sanguinaires de l'Histoire.

 
Pie XII cachera des centaines de Juifs au Vatican et donna des instructions orales pour des raisons de sécurité (la police italienne espionnait) aux organisations catholiques pour qu'elles secourent les juifs dans les pays occupés. Il écrit aux Eglises des Etats-Unis et du Canada pour qu'elles viennent en aide aux professeurs et savants chassés d'Allemagne.
En 1958 Golda Meir déclarera : "pendant la décennie de la terreur nazie, quand notre peuple a subi un martyr terrible, la voix du pape s'est élevée pour condamner les persécuteur.
Reste les archives secrètes du Vatican. Sur quoi repose cette polémique qui ressort de temps en temps pour les besoins de la "cause" tout comme on ressort le monstre du Look Ness ? "On" soupçonne qu'au Vatican se trouveraient des documents qui mettraient en évidence des compromissions politiques entre le Vatican –donc Pie XII- et des régimes ou Etats totalitaires et en particuliers avec le nazisme. On frôle ici la fantasmagorie. Comment, même en supposant qu'elles aient existé, le Vatican allait conserver des documents compromettants? Des dispositions secrètes dans des archives que toute personne habilitée peut consulter dans le domaine de sa compétence ? Ce ne sont que des procès d'intentions aussi absurdes que les élucubrations de Dan Brown et ceci d'autant plus que les deux derniers Papes avaient l'intention de faire une mise à jour complète des archives concernant l'époque du 3ème Reich pour mettre un terme à ces procès d'intention aussi malveillants que saugrenus.
 
Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose…… Même si ce n'est que le ridicule pour l'auteur. Mais le ridicule ne tue pas!!
 

DES LEADERS UNANIMES.

il n'est pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Pie XII et Shoah : le choix du silence ? sous la direction de D. Le Tourneau, par P. Chenaux, S. Klarsfeld, G. Krupp, M. Viot

extrait du livre de Gary Krupp

«Il n'y a pas d'élément rationnel pour balayer d'un revers de main le fait que chaque leader international, chaque organisation juive, personnalité importante juive et dirigeant en Israël à l'époque - qui ont, eux, vécu durant la guerre et ont été touchés par les efforts du Vatican -, ait été aussi empressé pour louer le pape Pie XII de manière inconditionnelle: Albert Einstein, Golda Meir, le président d'Israël Chaïm Weizmann, le Premier ministre David Ben Gourion, Moshe Sharett, le grand rabbin Herzog de Palestine, les grands rabbins Zolli et EIioToaff de Rome, toutes les communautés juives en Italie et bien d'autres étaient pleins d'éloge à l'égard de Pie XI I[...]. Quelle est donc cette preuve irréfutable, ce scoop, cette "bombe", censé réduire à néant tous ces gestes et ces déclarations? Toutes ces personnes qui, elles, ont vécu la guerre et la persécution, seraient-elles naïves? » (, .)

 

Date de création : 28/04/2010 @ 09:57
Dernière modification : 25/05/2010 @ 08:14
Catégorie : Réflexions
Page lue 875 fois


Date de création : 30/04/2013 @ 15:06
Dernière modification : 27/12/2013 @ 14:24
Catégorie : 005 Pie XII : le poids de la calomnie
Page lue 2277 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

cadeau.gifSpécial !

Persécutions en France
et
dans le monde

Lisez aussi les
Nouvelles

La principale force des mauvais est la tiédeur et la faiblesse des bons.
Soyons des hommes, virilisons la religion et n'ayons pas peur de l'ennemi.
Je vomirai les tièdes a dit Jésus-Christ.

Un exemple de virilité

http://gloria.tv/media/3MNzjQqafGZ

chretienne_torturee.jpg
chretiens-massacres.jpg coree-du-nord.jpg

Le corps mutilé d'une chrétienne en Irak
coupé par le passage d'un train.
Chrétienne torturée au Nigéria
Chrétien brûlé vif au Nigéria
Une deuxième Reconquista s'impose  ! Il ne s'agit pas de haine,
il ne s'agit pas de racisme ni d'islamophobie.
Il  s'agit  de légitime défense.
Le communisme, le deuxième bourreau de chrétiens,
là où il se trouve. Ci-dessus en Corée

 

^ Haut ^