Spécial !

Persécutions en France
et
dans le monde

Lisez aussi les
Nouvelles

La principale force des mauvais est la tiédeur et la faiblesse des bons.
Soyons des hommes, virilisons la religion et n'ayons pas peur de l'ennemi.
Je vomirai les tièdes a dit Jésus-Christ.

Un exemple de virilité

http://gloria.tv/media/3MNzjQqafGZ

chretienne_torturee.jpg
chretiens-massacres.jpg coree-du-nord.jpg

Le corps mutilé d'une chrétienne en Irak
coupé par le passage d'un train.
Chrétienne torturée au Nigéria
Chrétien brûlé vif au Nigéria
Une deuxième Reconquista s'impose  ! Il ne s'agit pas de haine,
il ne s'agit pas de racisme ni d'islamophobie.
Il  s'agit  de légitime défense.
Le communisme, le deuxième bourreau de chrétiens,
là où il se trouve. Ci-dessus en Corée

 

liens vers articles

Fermer 001 Laîcité ou laicisme de combat

Fermer 001 Préparons la Reconquista

Fermer 002 Chrétiens et médias

Fermer 003 Antifascisme ?

Fermer 004 Les christianophobes à découvert

Fermer 005 Persécution contemporaine

Fermer 008 Peut-on être chrétien et socialiste ?

Fermer 009 La loi 1905

Fermer 010 Persécution au Mexique

Fermer 011 Le vote des catholiques

Fermer 012 Subversion

Fermer 013 Le communisme et le nazisme

Fermer 014 Mai 68 et l'Eglise

Fermer 015 L'inquisition

Fermer 016 Reflexions sur la violence

Fermer 017 Le génocide vendéen

Fermer 018Hollande et la franc-maçonnerie

Fermer 020antichristianisme

Fermer 021Une autre génération de catholiques

Fermer 1Sommes-nous dans un pays libre

Fermer Les gauches et l'Islam

Fermer Les gauches et le judéo-christianisme

Fermer Les génocides

Fermer Les reflexions d'un plouc

Fermer Les tant décriées croisades

Fermer Persecutions dans le monde

Fermer Qu'ont-ils fait de notre liberté ?

Fermer Que demande le chrétien ?

Fermer la violence des gauches

Fermer le fascisme c'est quoi ?

Réflexions

Fermer 001 l'avortement

Fermer 002 le terrorisme intellectuel

Fermer 004 Réactions à la pédophilie des prêtres

Fermer 005 Pie XII : le poids de la calomnie

Fermer 008 Le gender

Fermer 010 notes de travail6

Fermer 018 El Che ou le mythe Guevara

Fermer 08Les dix commandements

Fermer Les catholiques seraient-ils des mauviettes ?

Fermer l'euthanasie

Fermer les ayatollas de la bien-pensance

Fermer où trouve-t-on des écoles libres ?

Sondage
Comment trouvez-vous le site
 
super
à recommander
très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Abonné
( personne )

Snif !!!
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



013 Le communisme et le nazisme - Le communisme et le nazisme

Le communisme et le nazisme ?

 

BILAN DU COMMUNISME.

J’ai lu cette question quelque part dans une revue : «Comment se fait-il qu'aujourd'hui le nazisme est justement voué aux gémonies alors que le communisme a droit à d'étonnantes révérences ?

C’était une question posée par un intello. Une question que tout le monde s’est posée un jour ou l’autre d’une façon peut-être moins élégante, mais se l’est quand même posée : Comment se fait-il que le nazisme avec ses 11 millions de morts est un régime qui fait justement horreur et que les sympathisants de l'extrême-droite -avec lequel on fait l'amalgame- sont diabolisés (le mot est faible !) alors que les communistes avec ses 100 millions de personnes assassinées dans des conditions aussi horribles ou plus, passent pour des humanistes et les défenseurs des classes laborieuses ? (que les morts m'excusent pour ces horribles arrondis)

Ce qui m'étonne c’est qu'on ne lui y apporte pas de réponse convaincante. Le politiquement correct empêche même que cette question soit posée publiquement sous peine de passer pour un facho. On peut s’apercevoir que le terrorisme intellectuel est aussi redoutable que le terrorisme tout court !
La réponse se trouverait-elle là, justement dans ce terrorisme intellectuel ? Peut-être ! Ce qui est certain c’est qu’en tous cas s’en est une. Le communisme a trouvé cette parade. Preuve que la meilleure défense est l’attaque ! Tous ceux qui osent penser d’une façon différente sont forcément des fachos.

Mais justement que représente encore ce mot aujourd’hui, alors s’il n’y a plus de fascisme depuis des dizaines d’années ? Apparemment cela n’a aucune importance ! Au mieux, si on ne les appelle pas des fachos, on va les appeler les nostalgiques. Et pour que les armes soient plus efficaces, l’amalgame entre fascisme et nazisme a tellement été poussée à bout que l’on ne fait même plus de distinction. Un autre mais : comment est-ce possible que ceux qui utilisent ce langage et ce terrorisme n’aient pas une petite pensée ces millions et millions de pauvres gens qui sont morts sous ce terrible régime duquel ils se réclament. Régime qu’ils présentent encore comme le summum du bien-être et de la défense des travailleurs, alors qu’il annihile la personne et jusqu‘au plus profond de son caractère et de sa nature. On en a pour preuve cette centaine de millions de morts nécessaires pour le maintenir là où il a été imposé.
En tant que système, communisme et nazisme ont prouvé un total degré de totalitarisme par les crimes perpétrés. Il n’est, bien sûr, pas possible d’opposer les crimes des uns pour trouver une quelconque justification à ceux des autres ? Il ne devrait pas être possible non plus que dans les débats "officiels", c’est-à-dire devant les caméras, aucun des antagonistes, qu’il soit d’un bord ou de l’autre, n’ose jeter les cadavres de ces régimes à la figure de l‘autre. On imagine que ni les uns ni les autres n’ont quelque chose à voir avec le passé. Pourtant les uns, sûrs de leur "bon droit", le font sans aucune honte. Les autres, courbent le dos et se défendent comme ils le peuvent.

Au niveau de l’individu, nous pourrions penser que le communisme et le « nazisme » contemporains s'opposent complètement. Le communiste est révolté parce qu’il se sent exploité ou en voit d'autres se faire exploiter. Il pense, au moins en intention, qu’en s’engageant il aide les plus démunis : il est outré qu'un homme puisse être humilié par un autre homme.
Celui qu’ils appellent fasciste ou encore d’extrême droite est révolté contre l'étranger. Il l’a désigné comme responsable de tous ses maux. L’étranger, c’est celui qui vient manger son pain, qui provoque le chômage et le déficit de la sécurité sociale, la destruction de sa civilisation, celui dont il faut absolument se débarrasser au plus vite.
Finalement à tort ou à raison, aussi bien les uns comme les autres, pensent être exploités. Les uns dans leur travail, les autres dans leur bien-être et dans la destination de leurs impôts. Les uns ont la haine contre les patrons, les riches, les autres ont la haine contre l’étranger, celui qui est différent. Ceci expliquerait pourquoi une large frange de population vote, tantôt à l’extrême gauche, tantôt à l’extrême droite, sans toutefois adhérer pleinement à l’une ou l’autre de ces idées, mais simplement parce qu’elle a été séduite ponctuellement par les discours des uns ou des autres.

Dans son encyclique Divini Redemptoris, Pie XI mettait en garde les chrétiens: le communisme est d'autant plus dangereux qu'il attire caché derrière son masque. Ce masque dénonce les injustices réelles et peut même prôner des solutions conformes à la doctrine sociale de l'Église.
Il est d'autant plus dangereux qu'il attire souvent des gens généreux et idéalistes. Il a même induit en erreur de nombreux chrétiens savamment manipulés. Il a suffi qu’on leur dénonce des abus commis par leurs propres "frères" -de préférence bourgeois- avec une propagande sournoise et d’autant plus efficace qu’elle est administrée à petites doses. Et le tour est joué. Le chrétien bourgeois devient alors antipathique, l’hypocrite qui se frappe la poitrine, mais exploite ses employés. Le chrétien "simple et généreux" ne peut plus s’asseoir sur les bancs de l’église à côté de gens comme cela !
L’ami, le "frère" devient alors l’ennemi et l’ennemi devient l’ami. Ajouté à cela le dénigrement systématique de l’Eglise institution et ce chrétien passe allégrement à gauche. Il se passe à peu près la même chose avec nombre de personnes généreuses, qui s’engagent dans le communisme-socialisme en pensant lutter contre les injustices. Il ne faudrait pourtant pas qu’ils oublient que le communisme, dans sa version marxiste-léniniste, est un matérialisme historique, un matérialisme dialectique et que c’est donc déjà un paradoxe pour un matérialisme d'en appeler – selon ses convenances - à l'idéal, à la morale et à la justice !
Il existe donc plusieurs sortes de communistes. Le communiste de base, sympathisant ou militant, souvent bon cœur et généreux, rien à voir avec le membre de l’appareil, le dirigeant communiste. Quand le parti détient le pouvoir ce dernier devient une pièce de plus dans une immense machine à broyer. Le sympathisant peut un jour prendre conscience qu'il a été abusé et trompé et en sortir s’il est dans un pays libre, le membre de l’appareil rentre dans le système en connaissance de cause. Il ne pourra plus en sortir librement. Gare à lui s’il dévie de la ligne du parti.
Une fois arrivé au pouvoir, le communisme n’a plus besoin de masque. Ou plutôt, il en prend un autre pour les pays étrangers. Tout ce qui sortira de ses frontières sera méthodiquement filtré.
Un autre aspect du communisme, qui ne devait pas être prévu au départ, est le culte de la personnalité. Dans chaque pays où le communisme a réussi à s’implanter, un homme est arrivé à se hisser au plus haut sommet du pouvoir. La plupart du temps avec l’aide de camarades qui espéraient une part du gâteau. Grosse erreur ! L’Histoire nous apprend qu’ils ont été éliminés les uns après les autres, accusés pour beaucoup "de trahison envers le régime", (!?) D’embourgeoisement, et que sais-je quelle autre félonie. Mais il y avait-t-il besoin de prétexte ?
Staline et sa vraie personnalité représente certainement la plus grosse manipulation d’opinion du vingtième siècle. Voici un homme –si on peut l’appeler ainsi- coupable et responsable de plusieurs dizaines de millions de morts. (On a dit même qu’il n’y avait pas une seule famille en URSS qui n’est pas eu au moins un mort dont il ne fut responsable) qui "bénéficia" d’un deuil pratiquement dans le monde entier. Le jour de sa mort, le journal français L’Humanité titra ainsi sa une d’une édition spéciale: Deuil pour tous les peuples qui expriment, dans le recueillement, leur immense amour, pour le grand Staline. Il était impossible que les dirigeants communistes français puissent ignorer tous ces millions d’êtres humains que Staline avait fait éliminer, mais ils continuaient à haranguer les foules en affirmant que le communisme était du côté des pauvres, des opprimés, des humiliés, des oubliés.
Ce même langage continue quarante ans plus tard. Pourquoi en changer après tout puisqu’il y a toujours des gens qui s’y laissent prendre ?

Mao Tsé-toung meurt le 9 septembre 1976. Le "grand timonier" dirigeait la Chine populaire depuis 1949 et tout comme Staline, il avait éliminé tous ses adversaires ou tous ceux qui auraient pu lui faire de l’ombre. Puis lui aussi était responsable de quelque dizaines de millions personnes (il les aurait estimé lui-même à 70) dont presque 1 million de tibétains pacifistes sur les 2,4 habitants. Lui aussi avait su cultivé le culte de sa personnalité, au point qu’il eut des funérailles impressionnantes et des millions de chinois le pleurèrent et certains continue à le regretter. Un président français l’avait même qualifié de génie.
Aux obsèques de Kim Jong-il, le dirigeant sanguinaire de Corée du Nord, le monde entier put contempler des centaines de milliers de coréens pleurer avec un désespoir indescriptible. Mais, chose curieuse, il n’y en avait pas un seul qui ne verse pas de larmes et ne se torde de douleur ! L’européen contemplait le spectacle stupéfait ! Après toutes les horreurs qu’il avait entendues sur lui ! Cependant, nous avons su après qu’il y avait eu de lourdes peines pour tous les coréens qui n’avaient pas assez pleuré. Sans doute les premières mesures démocratiques de son fils Kim Jong-un.
Nous verrons sans doute les mêmes scènes quand Fidel passera l’arme –si on peut dire- à gauche alors que lui non plus n’aurait pas la conscience tranquille…. s’il en avait une. De combien de morts est-il responsable celui-là ? Après qu’il eut, avec l’aide du Che, exterminé tous ses "ennemis", il tua ses amis jugés trop tièdes ou trop modérés. Sans compter les 77 000 cubains qui préférèrent périr noyés que vivre sous la bienveillante protection du bon Fidel.
On pourrait continuer comme cela longtemps en citant des noms synonymes d’horreurs comme Pol Pot (éduqué" à Paris) et ses deux millions de morts ; Mengistu à qui on attribue l’élimination de seulement- 80 000 éthiopiens. Et dans combien d’autres pays dans cette Afrique où tout paraît permis.

A l’inverse du nazisme qui produit un sentiment de rejet et de répugnance, le communisme sait se donner l’apparence du bien. Son job c’est la manipulation des "petits", les couches populaires, les travailleurs. C’est pour cette raison qu’il est d’autant plus dangereux. En utilisant et en faisant appel, même si c’est pour manipuler, à des sentiments et des idéaux généreux, il arrive à tromper de nombreux militants et sympathisants qui y croient sincèrement et qui sont d'autant plus crédibles qu' ils sont sincères et qu'ils y apportent toute leur "foi" et leur dévouement.
Ceci dit il ne faudrait pourtant pas non plus croire que le communisme ne fait pas appel à la haine. La lutte des classes c’est même sa meilleure arme ! Le responsable de toutes vos misères, les fins de mois difficiles, les loyers que l’on n’arrive pas à payer, les études que vos enfants ne peuvent pas suivre, les soins que nous ne pouvons pas avoir etc.… c’est l’autre : Le capitalisme, le patron, le politicien d’un autre bord, la droite, l’Eglise. Lui aussi prêche l’exclusion et la xénophobie pour arriver au pouvoir !
Exprimez-vous, faites la révolution et c’est vous qui gouvernerez ! Clame-t-il. Et il y en a qui y croient !
Quelle manipulation ! Et tous ces millions et millions de morts de par le monde, c’étaient donc tous des riches capitalistes exploiteurs des classes populaires ?
Un scandale! Une telle inversion des faits entraine que les bourreaux deviennent des victimes et les victimes des bourreaux.

Cette manipulation du "peuple" a des conséquences graves sur la vraie démocratie. La droite "classique" tomba dans le piège gros comme une montagne que Mitterrand lui tendit : Alors que les différentes gauches "modérées" s’acoquinent sans vergogne et sans aucun état d’âme avec les communistes, la droite repousse, au moins officiellement, l’extrême droite –qui lui rend bien-comme si c’était le diable. Le résultat est que la France –et d’autres pays aussi- est souvent gouvernée par des politiciens qui ne représentent qu'un tiers des français.

 

 


Date de création : 20/03/2012 @ 06:57
Dernière modification : 29/01/2013 @ 23:08
Catégorie : communisme et nazisne
Page lue 536 fois

 


Date de création : 29/04/2013 @ 19:15
Dernière modification : 16/05/2013 @ 14:38
Catégorie : 013 Le communisme et le nazisme
Page lue 1960 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

cadeau.gifSpécial !

Persécutions en France
et
dans le monde

Lisez aussi les
Nouvelles

La principale force des mauvais est la tiédeur et la faiblesse des bons.
Soyons des hommes, virilisons la religion et n'ayons pas peur de l'ennemi.
Je vomirai les tièdes a dit Jésus-Christ.

Un exemple de virilité

http://gloria.tv/media/3MNzjQqafGZ

chretienne_torturee.jpg
chretiens-massacres.jpg coree-du-nord.jpg

Le corps mutilé d'une chrétienne en Irak
coupé par le passage d'un train.
Chrétienne torturée au Nigéria
Chrétien brûlé vif au Nigéria
Une deuxième Reconquista s'impose  ! Il ne s'agit pas de haine,
il ne s'agit pas de racisme ni d'islamophobie.
Il  s'agit  de légitime défense.
Le communisme, le deuxième bourreau de chrétiens,
là où il se trouve. Ci-dessus en Corée

 

^ Haut ^